La Polynésie, ce petit paradis

Sans surprise, la Polynésie ressemble bien à un petit paradis sur terre toutefois, par manque de temps, nous n’avons pu en voir qu’une tout petite partie alors qu’est ce qu’on se dit ? Et bien qu’on y reviendra pardi 🙂

D’ici là, je peux déjà vous faire un petit résumé de ce qui nous a marqué sur les 2 îles que nous avons parcourues : Tahiti et Moorea

Ce que je retiendrai

– Le côté paradisiaque des lagons (notamment à Moorea) de véritables paysages de cartes postales avec leurs eaux translucides, leurs coraux, le sable blanc et les palmiers juste à côté !
– La faune et la flore encore bien préservées : les coraux sont vivants et les espèces de poissons nombreuses et variées (et même qu’on a nagé avec des requins et des raies :))

– Le côté très “facile d’accès” de la population : au programme, tutoiement de rigueur et tenue décontractée.
– Leur sens de l’accueil : toujours sympas, souriants et jamais stressés. La vie est plutôt simple et tranquille ici.
– Leur rythme de vie calé sur celui du soleil : à 5h30 la vie s’éveille, du coup, pour le dîner et le coucher, ça faisait un peu tôt perso mais on s’y fait
– L’offre Airbnb qui permet de loger chez l’habitant à tarif modéré, sans compter les jolies rencontres que l’on y a fait (spéciale dédicace à Patricia & Laurent sur Moorea, Sandra & Marius sur Mahina et Heiata & Yann sur Papeete) Leur accueil a vraiment était charmant, du coup, je voulais encore les remercier !
– Les cours de yoga au coucher de soleil sur la pointe de Vénus auxquels je n’ai malheureusement pu assister (mais j’aurais aimé). Toutefois rien que le spectacle méritait de s’y attarder.

img_1190

– Les mystères, us et coutumes de leurs cultures ancestrales : Danses traditionnelles, costumes, musique et chants Polynésiens !

– Les initiatives écolos qui se développent et que nous avons pu rencontrer (Coral gardeners, polyclinique des tortues, épicerie eco vrac, plogging* réguliers sur la plage organisés par le Fenua durable, marche pour le climat…) Il faudra même peut-être que j’y consacre un article ?!
– Les hôtels qui se fondent dans le décors (surtout à Moorea): Ici aucun complexe hôtelier surdimensionné mais de petits bungalows bien intégrés dans l’environnement paysagé.

– Les roulottes pour goûter toutes leurs spécialités culinaires. A ce sujet justement, qu’avons nous mangé ?
Du poisson cru au lait de coco : leur spécialité qui m’a fait faire une entorse à mon végétarisme (je vous raconterai), le pei (chausson banane), les beignets coco, les poké bowl (spécialité hawaïenne mais très répandue ici), le pua (rôti de porc parfumé que seul JP a goûté mais qui sentait divinement bon je dois bien avouer) et le uru que j’ai appris à “cuisiner” : on ne voit pas très bien mais il s’agit du fruit à droite sur la photo ci-dessous et à gauche c’est quand il est découpé !!!

img_1233

Et au delà des plats il y a surtout un incroyable choix de fruits délicieusement sucrés : corossol, ramboutan, ananas victoria, fruits de la passion (j’ai d’ailleurs découvert que l’on pouvait les manger jaunes et lisses et pas forcément marrons et tout fripés) papaye, pamplemousse, fei, bananes, avocat, coco sous toute ses formes… bref nous avons fait une cure vitaminée !

img_1152

J’oublierai

– Le coup de la vie notamment lorsque vous faites vos courses au supermarché et que vous essayez de trouver des produits frais (heureusement qu’il y a les marchés)
– La complexité à trouver des légumes locaux et globalement les faibles options végétariennes dans les restos (welcome back in France :/)
– La météo capricieuse de la saison chaude qui nous ont valu de grosses pluies d’orage (la moiteur qui va avec) ainsi que l’impossibilité de pratiquer les chemins de randonnées
– Le fait de reparler français : bah oui, tout de suite, on perd en exotisme (même si l’accent aide un peu j’avoue)
– Leurs goûts musicaux parfois douteux (ou dans tous les cas vieillots)
– Les nombreux chiens errants pas toujours rassurants
– Papeete, sa circulation, ses rues en travaux et les gens y errant : pas hyper charmant
– La téléphonie et l’internet extrêmement chers
– Et par conséquent la difficulté à trouver du réseau correct : ici le wifi haut débit et la téléphonie illimitée sont un luxe à vite oublier !

Du coup, ce passage en Polynésie n’a fait que poursuivre ma digital detox déjà entamée lors de notre road trip Néo Zélandais. Désormais sur le sol américain, ou bientôt du moins, je pense reprendre plus activement mes activités connectées (mais un peu de 0 digital m’a fait du bien je dois avouer)

Attendez-vous à avoir de mes nouvelles très vite. J’ai bien besoin d’évacuer mon trop plein de questions, d’énergie et d’émotions !

En attendant, je vous souhaite une belle journée et espère vous avoir fait rêver un peu en vous parlant de ce petit paradis français/polynésien…

*plogging = combinaison du mot suédois “plocka upp” (ramasser) et de jogging. Activité qui consiste ici à nettoyer les plages tout en se dépensant, ou comment joindre l’utile à l’agréable et redonner aux plages de rêve toute leur splendeur d’antan.

 

IMG_3016

Ego
Reconnectée…
et pas uniquement à
la nature & aux éléments

 

Enseignement du jour

“Le paradis n’est pas sur terre, mais il y en a des morceaux”

Jules Renard


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s