La Malaisie : Méconnue perle d’Asie

Drôle d’impression que nous aura fait ce pays dont finalement, nous vous avons peu parlé. Voici donc le résumé de ce qui s’y est passé tout juste 1 mois après y être arrivés !

Parvenus à Georgetown le 8 décembre sous un soleil de plomb (et après un assez long trajet), nous goûtons très vite aux avantages de la Malaisie et de ces mini prix (0,50€ pour prendre le ferry, ça donne déjà une idée) mais cette journée n’aura pas que des bons côtés, JP commence à être malade et nous (re)découvrons rapidement les joies de la mousson… Notre première nuit en auberge de jeunesse low cost, sous un orage proche de la violence du typhon que nous avons essuyé au Japon, ne nous aide pas vraiment a apprécié le moment… voilà un peu pour nos premières impressions :/

Heureusement, good new : un ami nous rejoint, ce qui nous permet malgré tout de nous lever du bon pied car nous savons que nous serons 3 durant nos aventures des 2 prochaines semaines ! Ce dernier arrive donc à notre auberge le 9 matin, et sera mon compagnon de voyage les 2 jours qui suivront, JP étant au repos forcé pour cause d’infection (=hôpital, prise de sang et antibios :() Heureusement, la suite sera moins épique -quoique?- nous apprenons qu’en cette saison de mousson, inutile de penser à visiter les îles paradisiaques (sur lesquelles nous pensions naïvement aller snorkeler) ni les parcs nationaux, tous fermés jusque février (au vue des intempéries, ça leur parait évident) Du coup, à nous de trouver une solution de replis… Moi qui me voyais déjà aller nager avec les tortues et les raies sur l’île Perhentian, c’est raté !

OK j’avoue, on avait pas trop étudié la question et étions particulièrement optimistes jusqu’à maintenant, mais voyons le bon côté des choses, la Malaisie, hors période touristique c’est… épique ! Il s’avère que comme nous étions les seuls touristes ou presque, nous étions constamment entourés de la population locale et le moins que l’on puisse dire c’est que nous étions immergés dans leurs us et coutumes. Petits déjeuners dans des food court où personne ne parle anglais (nous avons donc expérimenté la nourriture locale sans toujours savoir ce que nous mangions), balade dans des coins paumés avec l’impression qu’aucun blanc n’est jamais passé auparavant, visite guidée d’une mosquée… Bref nous étions vraiment hors sentiers battus et franchement, c’était plaisant et dépaysant !

Avant de rejoindre Singapour, nous amorcerons une transition en douceur en passant quelques jours à Kuala Lumpur (la capitale) où nous retrouvons tous nos codes d’urbains occidentalisés. Ceci dit, pour notre plus grand plaisir, piscine sur le toit de l’hôtel durant 3 matinées, perso j’en aurai bien profité !

Quelques jours plus tard, nous arriverons donc à la cité du Lion (=Singapour) mais ça je vous raconterai après !

Sur ce, voici donc ce que je retiendrai et oublierai de ce pays encore assez authentique je dirai :

Ce que je retiendrai

Les food court et marchés nocturnes évidemment : où il n’y a que des locaux et où les prix sont vraiment minis

Les prix justement : La Malaisie sera donc le pays le moins cher que nous ayons traversé, une bonne surprise pour notre budget 🙂 La nourriture, le logement, le carburant : tout est extrêmement bon marché ! Voire même gratuit (exemple de certains bus à Kuala!)

L’authenticité des gens, de leur façon de vivre, leurs vêtements… parfois ça fait vraiment back to the 90’s mais c’est marrant !

L’absence de tourisme de masse (ok peut-être lié au fait que nous y étions en pleine période de mousson) et du coup, le fait qu’ils soient curieux voire même nous prennent en photo de temps en temps.

Le Street art très développé partout dans le pays : on y voit des fresques murales partout et c’est souvent assez joli (parfois à la limite du kitsch mais on s’y fait)

Parfois pas besoin de street art pour égayer les rues, l’architecture se suffit à elle-même : c’est clairement les cas des ex-villes coloniales telles que Georgetown ou Malacca où certains bâtiments témoignent de ce passé pas souvent glorieux mais esthétique au moins !

En parlant d’architecture, je me rappellerai longtemps de notre visite des tours Petronas au coucher du soleil avec vue imprenable sur la ville du haut de leurs 452m : Kuala Lumpur est vraiment plus belle la nuit !

Moins esthétique mais bien typique : le tuning et notamment les Tuk Tuk ultra décorés de Malacca. Honnêtement, je ne peux pas dire que j’aime ça mais je ne peux pas non plus le mettre dans la catégorie j’oublierai car c’est tellement drôle et ils en font tellement une fierté !

 

En terme de bolides, j’ai adoré aussi le nombre de marques et de modèles de voitures que vous ne trouverez nul part ailleurs qu’ici je pense : Proton Saga, Proton Exora, Proton Waja, Harrier turbo, VVT persona, Toyota Innova, Corolla Atlantis … la liste est longue comme mon bras !

Leur manière d’aborder la religion avec tolérance et respect. Même si la religion musulmane est très ancrée (et modérée ici) et que c’est clairement celle que l’on voit le plus, il n’est pas rare de trouver dans la même rue, un temple hindouiste, bouddhiste, une église et une mosquée : si ça ce n’est pas une preuve d’acceptation et de diversité !

Le fait de retrouver un alphabet et donc de pouvoir lire leur langue ! Du coup, j’y ai retenu quelques mots : Makan, minuman, roti canai, thé tarik, telur, terima kasih, selamat tingat, selamat datang, … la base quoi 😉

Les paysages et la végétation très dense : des palmiers à perte de vue et des forêts bien fournies (enfin ça dépend des fois)

La faune assez dense également, nous aurons d’ailleurs eu l’occasion de croiser un énorme  serpent en train d’être maîtrisé par des pompiers, un gros iguane aussi… Et encore, il s’agit juste de la partie immergée !

Les jongleurs de noix de coco qui nous aurons bien fait marrer !

Les boutiques multifonctions : il n’est pas rare de trouver une boutique de téléphonie qui fasse aussi laverie et bijouterie… Un problème ? En tout cas pas ici 😉

Et, en terme de nourriture, la Malaisie est un combiné des différentes saveurs de l’Asie (bien souvent épicé) voici donc ce que nous avons pu y goûter :

Roti canai (sorte de naan servi avec une sauce épicée), mee goreng, nasi goreng (pâtes et riz frits), nasi dagang (riz vapeur parfumé coco), kaya (pâte à tartiner à base de coco sucre et oeuf : une révélation), butter cake (un gâteau assez léger et moelleux à souhait), bread butter cake (ce même gâteau façon pain perdu), pisang goreng / pisang goreng cheese (ce sont des beignets de bananes avec ou sans fromage), tangkak noodles (pâtes dans un bouillons épicé), cendul que je regrette de ne pas avoir goûté mais j’avoue que ça ne me donnait pas envie du tout (il s’agit de nouilles de gelée faites à base de farine de riz, colorées en vert et parfumées par des feuilles de pandan, servies dans du lait de coco avec du sucre de palme et de la glace pilée), brochettes satay,  sucre de coco, smoothie bowl banane pomme avocat (pas typique Malaisien mais je retiens l’association pour de prochaines fois)

En terme de boissons, ça ne manque pas de variété non plus (une constante toutefois : le lait concentré sucré, ils adorent ça!) : Teh Tarik (sorte de thé épicé au lait concentré sucré et à la belle couleur orangée, transvasé d’un récipient à un autre à plusieurs reprises de sorte qu’il devienne mousseux avant d’être servi), limau ais (jus de citron sucré glacé), kopi o ais (le fameux café glacé au lait concentré sucré que vous trouvez partout en Asie), le jus de sucre de canne, une sorte de boisson à base de maïs et de lait concentré sucré aussi mais dont je ne me rappelle plus le nom (encore une fois très riche mais plutôt bon), le lait de soja (je ne sais pas pourquoi ici, il est meilleur qu’ailleurs), le chaï latte…

Ce que j’oublierai

Les moussons et donc le temps plus qu’incertain à cette période de l’année

La déforestation qui sévit (entre autre à cause de la surconsommation d’huile de palme) et que l’on peut constater sur certaines zones données

Les gens qui dorment dehors (des familles entières par exemple à Kuala !)

La bouffe souvent bien épicée

Le côté désuet du pays, qui lui donne son charme mais lui confère également un aspect vieillissant

Voilà, vous en savez désormais un peu plus sur ce pays finalement peu connu et que l’on ne saurai que trop vous conseiller mais hors période de mousson bien entendu 🙂

Ego IMG_3016

 

Enseignement du jour

“Rester, c’est exister : mais voyager, c’est vivre”

Gustave Nadaud

 


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s